Inici > Invocació de l'Odissea > C’est l’Homme aux mille tours, Muse, qu’il faut me dire. Odyssée – Victor Bérard

C’est l’Homme aux mille tours, Muse, qu’il faut me dire. Odyssée – Victor Bérard

.

.

.

Victor Bérard (1864 - 1931)

C’est l’Homme aux mille tours, Muse, qu’il faut me dire, Celui qui tant erra quand, de Troade, il eut pillé la ville sainte. Celui qui visita les cités de tant d’hommes et connut leur esprit, Celui qui, sur les mers, passa par tant d’angoisses, en luttant pour survivre et ramener ses gens. Hélas: même à ce prix, tout son désir ne peut sauver son équipage: ils ne durent la mort qu’à leur propre sottise, ces fous qui, du Soleil, avaient mangé les bœufs; c’est lui, le Fils d’En Haut, qui raya de leur vie la journée du retour.

Viens, ô fille de Zeus, nous dire, à nous aussi, quelqu’un de ces exploits.

.

Odyssée, I, 1-10

.

Traduction de Victor Bérard

.

.

.

Odyssée Victor BérardHomère. Odyssée.

Texte établi et traduit par Victor Bérard.

Introduction d’Eva Cantarella.

Notes de Silvia Milanezi.

Les Belles Lettres. Paris, 2007.

.

.

.

  1. Encara no hi ha cap comentari.
  1. No trackbacks yet.

Deixa un comentari

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

Esteu comentant fent servir el compte WordPress.com. Log Out / Canvia )

Twitter picture

Esteu comentant fent servir el compte Twitter. Log Out / Canvia )

Facebook photo

Esteu comentant fent servir el compte Facebook. Log Out / Canvia )

Google+ photo

Esteu comentant fent servir el compte Google+. Log Out / Canvia )

Connecting to %s

%d bloggers like this: